Trois jours à Madrid pour mes 30 ans

Alexandre 56 jours

Je me doutais bien que ça m'arriverais un jour, du moins je l'espérais. Trente ans, ça y est, c'est fait et j'avoue que j'ai été gâté : des dispositifs domotiques, une journée avec des amis dans un centre multi-activités et trois jours à Madrid avec ma conjointe !

Avant que ça parte dans tous les sens en commentaire, sachez que mis à part les dispositifs domotiques, la journée et le voyage étaient des surprises. Ma conjointe s'était assurée de ma disponibilité en collaborant avec mes parents pour la journée et mon responsable pour Madrid.

Bref, je m'en va vous compter mon séjour à Madrid.
Ceux qui ne connaissent pas la capitale espagnole, sachez que trois jours suffisent largement, surtout si vous n'êtes pas férus de musées. Une journée de plus m'aurait simplement permise d'aller au parc Warner.
Peu avant, mes parents avait eux-même fait un crochet par Madrid lors de leur tour d'Espagne. Ils nous prêtent alors leur Lonely Planet. Cette collection de guide, que nous achetons à chaque voyage, permet de se faire très facilement un programme à la carte.

Samedi matin, départ à 5h45 de la maison en direction de l'aéroport Charles de Gaulle.
L'avion est de la compagnie Joon, filiale d'Air France. Comme l'avion est complet, le personnel nous informe avant d'embarquer que nous pouvons gratuitement mettre nos bagages à main en soute ; ça tombe bien, notre bagage cabine n'a aucun intérêt à rester dans l'avion. Une hôtesse nous invite alors à nous mettre en zone 1 (SkyPriority) pour embarquer en premiers. Impeccable, comme ça on pourra s'installer à nos places de pauvre avant tout le monde. Le vol est très agréable, tout comme le personnel navigant qui nous offre une double ration de petit dej’ : un croissant au beurre.
Atterrissage à 8h50, bien en avance sur l'horaire prévu. Le pilote a sans doute dépassé la limite des 80 km/h, mais on ne dira rien.
Nous récupérons notre valise plutôt rapidement et sortons de l'aéroport juste en face d'une station de taxi. Là-bas, un forfait existe pour se rendre à Madrid ; très bien, ça évitera de faire des détours. Nous arrivons alors à notre hôtel pour les deux prochaines nuits, le Alicia Roomate. Établissement plutôt sympathique de l'extérieur. On nous informe que notre chambre n'est pas encore prête ; nous laissons alors nos valises pour commencer notre visite de la ville.

Ayant réservé le Palacio Real en après-midi, il fallait éviter de commencer quelque chose qui prenait du temps. Qu'à cela ne tienne, ça nous laisse le temps de visiter les fameuses places madrilènes.
L'hôtel est au bord de la Plaza de Santa Ana) où se trouve de nombreuses tables permettant de se rincer le gosier ou se taper quelques tapas. N'ayant pas faim, nous remontons la rue de l'hôtel pour tomber sur la Plaza del Angel. Cette place est bien plus petite mais un bon glacier s'y trouve. J'en parlerais plus loin. Nous continuons à monter avant de tomber, sur la droite, sur une rue qui descend vers une autre place. Arrivés en bas, nous nous retrouvons sur la Plaza del la puerta del sol). Une place dont le nom parle à ma conjointe, nous lisons alors ce que dit le guide à son sujet. Un petit tour sur cette place pour y voir tout ce qu'il faut et nous voilà reparti.
Au détour d'une rue, prise totalement par hasard, nous tombons sur la Plaza Mayor. Place très sympathique qui rappelle la Place Stanislas de Nancy. L'élection municipale était en cours lors de notre passage, du coup la place était envahi par des stands. Ça ne nous a bien sûr pas empêchés d'admirer les façades des bâtiments entourant la place.
C'est maintenant l'heure de passer à table. Direction un petit restaurant présent dans notre guide, Las Bravas. Deux Tortillas et un plat de Patatas con salsa Las Bravas pour deux suffit largement à se faire péter le bide !
Ma conjointe ayant bien repéré le glacier à coté de la Plaza del angel me rappelle que nous n’avons pas pris de dessert. Allez hop, allons goûter les glaces locales chez Mistura. Très bonnes et ayant le goût de leur parfum, nous y reviendrons, c'est sûr !
Maintenant que nous sommes repus, et qu'on en a plein les pattes de cette journée, c'est l'heure de la douche. En attendant mon tour, je cherche les chaînes françaises et comme pratiquement partout où je me suis rendu : TV5 Monde ou France24. Resté sur France24, je m'aventure à établir le programme du lendemain. Et oui, trois jours, ça peut faire court, donc il est préférable de s'organiser (ouais ok, on n'avait pas organisé la première journée). Sorti de la douche, je zappe sur TV5 Monde et manque de pot pour France24, la finale du TOP14 était diffusée. Dommage aussi pour mon manque de sommeil, j'ai pas pu m'empêcher de voir tout le match ; en même temps la fin était haletante.

Réveil vers 8h30, tranquillou, enfin, disons plutôt que j'ai dû décollé mes yeux et que je ne me suis pas réveillé grâce au réveil ; enfin... Petite douche histoire de complètement se réveiller et direction le petit déj'. Repas essentiel de ma journée, je me suis rempli la panse avec des croissants et des gâteaux anglais. Le lait sorti de la machine était froid, mais heureusement, le personnel veille au grain.
Retour dans la chambre, un petit coup sur les ratiches et hop, c'est parti pour une nouvelle journée de fureur !
Nous commençons par le Museo de los origenes, qui par hasard, était gratuit ce jour là. Ce musée retrace l'histoire de la ville avant même que celle-ci n'existe. En effet, on y apprend que Madrid est une ville très jeune comparativement à d'autres capitales européenne. On y apprend également pas mal de chose sur la culture des premiers humains de la région.
Pas très loin, nous-nous dirigeâmes (qu'est-ce que je cause bien) vers la Basilica de San Francisco El Grande. Ce monument est magnifique mais ne ressemble pas vraiment à une basilique française. Les plafonds sont très hauts, ça brille de partout et franchement, c'est ostentatoire. Bon d'accord, l'église est probablement plus puissante en Espagne qu'en France et la monarchie existe toujours, mais quand même ! En tout cas, c'est magnifique. A tel point qu'on se demande comment les pauvres, d'il y a quelques siècles, pouvaient être croyants.
Après quelques dizaines de minutes sur place, pour pas dire plus d'une heure, direction le Museo del Prado. Ne pensez pas trouver quelque chose d'aussi complet que le Musée du Louvre, mais l'audio guide vous donnera des détails sur un grand nombre de peintures et sculptures exposées.
Avant de rentrer, une pause fraîcheur s'impose : direction le Real Jardín Botánico de Madrid. Étonné que celui-ci soit payant, ce fut l'occasion pour moi de m'endormir un peu sur un banc, placé en face d'une fontaine où un canard m'a littéralement hypnotisé. Non, ce canard n'avait rien d'inhabituel, j'étais juste épuisé.
Même si cette journée semble courte à lire, on en a pris plein les jambes. Du coup, c'est l'heure de manger ! La veille, nous avions repérer un petit "restaurant" (un bar à tapas, oui encore) du nom de Tapa Tapa, juste à coté de l'hôtel. Le Las Bravas n'est pas beaucoup plus loin remarquez. Bref, on commande pratiquement la même chose que la veille, mais ça n'a pas du tout le même goût. Les pommes de terres sont moins bien cuites, la tortilla un peu fade malgré la sauce... Bref, pas un super repas, mais qui rempli bien le ventre. Une chose est sûre, en Espagne, ce n'est pas difficile de manger local, bien et pas cher.
Comme il faut bien se remettre de ce repas ; direction le glacier de la Plaza del angel ! Cette fois je m'essaye à un milkshake au chocolat qui, avouons-le, est excellent ! Après une petite balade digestive, c'est l'heure du repos du guerrier. Une douche et au lit !

Dernier réveil à Madrid et même rituel. Cette fois, aucun programme, c'est la journée repos avant de prendre l'avion. La chambre doit être rendue à midi, nous nous attardons donc au frais jusqu'à 11h. Une fois descendus, nous laissons à nouveau nos bagages à l'accueil et commandons un taxi pour 14h.
En manque d'inspiration, nous nous dirigeons vers la Plaza del la puerta del sol pour s'y poser au soleil. En une heure et demi, nous avons vu différent corps de la police : monté, à pieds, à vélo et en deux roues. Autant dire que les vendeurs à la sauvette sont moins peinards là-bas qu'à Paris. Après un bain de soleil très agréable (j'ai légèrement bronzé), un peu de marche dans les rues couvertes autour de la place. Avant de partir et pour noyer la nostalgie d'un voyage trop court, nous retournons chez le glacier de la Plaza del angel. Et encore un milkshake pour moi !
Presque une heure après, il est temps de récupérer nos valises et de monter dans le taxi qui nous ramène à la réalité. Le chauffeur, bien que ne parlant pas anglais, nous parle un peu en espagnol. Heureusement que l'un de nous deux à quelques notions (oui, j'ai fait allemand en LV1).
Une fois à l'aéroport, nous nous rendons compte qu'on a bien fait d'arriver plus tôt. C'est grand, voire très grand. Etrangement, à l'arrivée nous étions très proche d'une sortie, ce qui pour le coup ne nous a pas permis de nous rendre compte de la taille de l'aéroport. Je pourrais difficilement le comparer à d'autre, mais disons que c'est pas aussi bien foutu qu'a CDG. En effet, les portes d'embarquement sont relativement loin du passage sous Douane. Gros avantage pour les boutiques et autres snacks qui sont nombreux et disposent d'énormément d'espace !
A 16h40, l'avion nous ramenant chez nous décolle. Le beau temps nous y attend, mais pas ce doux parfum de vacances qu'on savour lorsqu'on est loin de chez soit, même pour une très courte période.

Je ne vais pas vous laisser comme ça, je vais faire un petit bilan, très rapide, pour conclure. Les madrilènes sont très sympathiques et conviviaux pour la plupart. La ville est petite, mais très plaisante à arpenter. La nourriture est bonne et même pour quelqu'un de difficile comme moi, y a de quoi trouver son bonheur. Le rythme de vie là-bas est totalement différent du notre : le matin commence tard, l'après-midi y a quelques heures de sieste et c'est animé le soir.

Si vous vous posiez encore la question, alors n’hésitez plus, Madrid vaut le coup d’être admirée !

Commentaire

Rédiger

Quelle est la dernière lettre du mot vgrzs ?